Slider[Style1]

Style11

Style6

Style7[OneLeft]

Style8[OneRight]

Style2

Style3[OneLeft]

Style3[OneRight]

Style5

Style4

Style9[OneLeft]

Style10[OneRight]

La semaine dernière j'ai été invitée à Paris au Purgatoire pour assister en compagnie d'autres journalistes à une table ronde dont le thème était "Digital cooking, réflexe de geek ou phénomène de masse?". A première vue, le sujet m'a paru tout de suite très intéressant. Lorsque j'ai vu les personnes présentes pour ce débat notamment le meilleur ouvrier de France et chef cuisinier du Palais de L'Elysée "Guillaume Gomez" et que le digital cooking concernait le fait de cuisiner avec une tablette pour introduire la nouvelle tablette QooQ, je n'ai pas hésité un instant il fallait absolument que je vienne quitte à modifier mon agenda. En effet, qui ne rêve pas de rencontrer un tel chef ? Et, lors de la première sortie en 2009 de la tablette QooQ je n'avais pas encore de blog mais je passais encore plus de temps dans ma cuisine fascinée par tout ce que je pouvais apprendre seule. En réalité j'avais des cours à domicile par les plus grands chefs ou stars de l'écran culinaire je mettais des pauses sur ma TV ou mon écran, prenais des notes, copiais les gestes, naviguais sur internet dans les cuisines du monde entier... Mon PC et ma télévision étaient déjà littéralement à leur place dans ma cuisine (l'avantage d'avoir un salon ouvert dans une continuité logique, celle de recevoir sans que le cuisinier soit mis à l'écart!). C'est aussi à cette époque que je me suis mise à collectionner les livres culinaires. Forcément à ce moment là, l'arrivée d'une tablette qui ne serait "rien qu'à moi, pour ma cuisine" en plus de mon ordinateur portable et qui offrait la possibilité d'y intégrer mes propres recettes pour les partager avec mon entourage cela me faisait rêver.  Seulement je ne l'ai pas eue pour diverses raisons et maintenant j'ai un blog! C'était donc l'occasion ou jamais de voir ses évolutions en avant-première et de me demander si aujourd'hui elle aurait toujours sa place dans ma nouvelle cuisine ou pas et si elle me ferai toujours autant rêver ...
Cook en QooQ ?
la nouvelle tablette QooQ

En rentrant pour la première fois dans le Purgatoire (rue de Paradis dans le 10ème) l'art nous entoure en rendant tout de suite le cadre chaleureux et accueillant. C'est comme dans toute galerie d'art avec des spots de lumières qui entourent cette grande pièce pour illuminer les tableaux présents à cet instant.
Cook en QooQ ?
l'art du sol au plafond

Cook en QooQ ?
l'artiste du moment

Puis, en tournant la tête je les aperçois tous les deux : le chef Guillaume Gomez au fond de la salle   et la nouvelle tablette QooQ sur une table près de la porte d'entrée.

Cook en QooQ ?
la star du moment au fond de la salle

Cook en QooQ ?
ou la star du moment à portée de main
Du coup, ma première impression a été jolie couleur pour la tablette, c'est drôle c'est celle de ma nouvelle cuisine (rouge laqué). Mais je me suis sentie plus attirée par l'homme que par la machine un peu comme avec un dilemme culinaire inconscient entre la pratique et la théorie. A première vue, le chef m'a semblé impressionnant de part son poste bien sûr puis en l'observant en moins de cinq minutes (genre non je ne fais que regarder les tableaux situés derrière vous en attendant le début du débat, je n'écoute pas ce que vous dîtes! Attend je prend une photo... du tableau bien sûr ou pas, il n'est pas dupe, c'est pour ma collection dit mon sourire...) et bien là, j'ai juste osé. Oui, je me suis avancée, je me suis excusée de l'interrompre en pleine conversation mais je voulais mon selfie! Et bien je l'ai eu, il me l'a gentiment fait et avec grand plaisir en plus, pas du tout offusqué par mes manières quelque peu, je l'avoue, culottées.
Cook en QooQ ?
Duel de regards Guillaume Gomez versus Jean-Yves Hepp (président fondateur de QooQ) et toi tu aurais osé les interrompre pour avoir un selfie ?

Cook en QooQ ?
trop contente!!!! 
Seulement, comme je suis plutôt bavarde à la limite du supportable (c'est solitaire un blogueur, il faut bien se défouler quand on sort), je n'ai pas pris de risques, je l'ai remercié et je me suis éloignée voir l'autre star du moment : la nouvelle tablette QooQ.
En attendant l'arrivée des journalistes retardataires j'ai donc fait la connaissance au hasard de mes rencontres avec Cédric Thyrant le directeur de l'institut d'études Opened Mind, j'ai discuté avec Pascale Hébel, la directrice du pôle consommation du CREDOC et Vanessa Albeck la directrice marketing & communication présente pour l'occasion. J'ai parlé de mon blog et forcément de cuisine, de mon ressentie sur l'ancienne version de la tablette QooQ, de son nouveau visuel , de mes attentes, et encore de mon blog et de cuisine, de cuisine...  

Puis la table ronde a commencé et les intervenants se sont présentés. 

Cook en QooQ ?
Guillaume Gomez

Cook en QooQ ?
puis Boris Coridian, journaliste gastronomique

Cook en QooQ ?
Pascale Hébel et Vanessa Albeck
Cook en QooQ ?
Jean-Yves Hepp

Après les présentations, on nous a passé une petite vidéo. Il s'agissait d'une vieille dame qui était en proie au doute face à toutes les recettes qu'elle avait créées, personnalisées et accumulées durant sa vie. Tous ces conseils lors des préparations, à force de faire ses recettes, toutes ces feuilles, vont-ils savoir les exploiter, les classer?... En fait, le sujet abordé était clairement la transmission entre les générations, le fait de savoir reproduire exactement avec le même geste et la même technique et pas seulement avoir la liste des ingrédients pour refaire l'exacte recette de notre grand-mère. C'est effectivement la fameuse madeleine de Proust.

Le débat commence ensuite, je vous l'ai résumé ainsi :
Depuis quelques années la relation des français avec la cuisine s'est inversée, ce n'est plus une corvée mais un loisir valorisant. La nouvelle génération veut réapprendre à cuisiner, manger moins cher mais mieux. Face aux crises alimentaires et sanitaires tout le monde se met à cuisiner, à congeler ses plats, à inviter ses amis pour les partager et à parler cuisine. C'est une tendance de fond qui a contribué à l'apparition d'émissions culinaires, à valoriser les chefs au point d'en faire des nouvelles stars. Les gens les aiment, aiment ce qu'ils cuisinent et les copient. Allez à la rencontre des producteurs, optimiser les prix de ses produits, cuisiner en fonction des saisons tout en valorisant le goût c'est ce que fait un chef. Du coup, c'est ce que l'on recherche à faire. Les gens consacrent une plus grande part de leur budget dans l'alimentation car il est important d'après les sondages des français de manger bio, local, français, avec un label ou une AOC et c'est aussi privilégier le goût, la nature et sa santé. Les nouvelles générations l'ont compris tout de suite. De même, loin de rentrer dans le végétarisme, le temps de l'abondance est révolu, moins de viande, de poisson et même de légumes, on mange moins mais mieux par choix. On déjeune aussi souvent à l'extérieur et on passe de plus en plus de temps dans les transports et devant les écrans. 
Les écrans se sont bel et bien démocratisés dans tous les ménages. De plus en plus de familles en ont même plusieurs, ils divertissent, sont un outil d'apprentissage, facilitent le quotidien. Leur place dans la cuisine les rend pratiques pour faire les courses, pour diversifier ses repas en trouvant des idées. Même chez les chefs la tablette est devenue essentielle en cuisine. Ils l'utilisent pour rentrer en contact avec leurs équipes lorsqu'ils ont plusieurs brigades ou qu'elles sont éloignées physiquement, elle permet d'être un outils de traçabilité des produits, de gestion des stocks, d'échange des recettes... Mais elle est surtout pour eux un moyen de facilité, de rapidité et d'efficacité en cuisine.
Pour tous, il s'agit de cuisiner des produits de saison et d'être au plus proche du développement durable en trouvant un équivalent pour remplacer les produits non saisonniers. Grâce au numérique on sait utiliser les termes culinaires en les visualisant par des vidéos et il nous fait aussi gagner du temps en convertissant les recettes en fonction du nombre de personnes. Paradoxalement, l'édition culinaire française est le secteur éditorial qui se porte le mieux mais on n'achète plus les livres pour avoir leurs recettes et les salir en cuisine à force de faire ses préférées. Ils sont devenus des objets de collection (je confirme!), des objets de rêve que l'on feuillette et qui décorent le salon ou la cuisine.
Les gens sont passés des selfies aux photos d'aliments qu'ils postent sur les réseaux sociaux. Ils mettent en avant un plat mais aussi leur relation à l'alimentation qui dévoile ce qu'ils sont par ce qu'ils mangent, il y a un côté narcissique qui montre leur gourmandise...  
Avec la nouvelle version de la tablette QooQ, on peut non seulement préserver ses recettes mais les dicter en parlant avec la tablette et non plus juste les écrire ce qui fait aussi gagner un temps considérable. Elle permet aussi de transférer d'internet les recettes qui nous plaisent pour les intégrer aux nôtres. C'est non seulement la meilleure façon de préserver pour toujours et sans risques, de transmettre mais aussi de partager avec ses proches ou le monde entier. Elle s'intègre dans l'évolution numérique de nos habitudes de consommation comme un rituel, celui de cuisiner avec une tablette.
Après les réfrigérateurs connectés, les matériels de plus en plus techniques programmables au degré près et même à distance ou à cuisson différée, c'est toutes les anciennes habitudes qui disparaissent en cuisine pour nous faciliter la vie. En effet, un boulanger ne se lève plus aux aurores pour cuire son pain, il possède une chambre de pousse pour lever la pâte, les fours sont programmables et s'arrêtent lorsque c'est cuit. Au CES de Las Vegas,  lors de la Food-tech, même les traqueurs envahissent nos cuisines pour non seulement contrôler les dates de péremption des aliments mais suivre la durée de vie d'une simple tomate dans notre réfrigérateur histoire de ne pas gâcher! Le numérique est devenu non seulement incontournable dans la cuisine mais nécessaire pour nous apporter en moins de 10 secondes la réponse à toutes nos questions des plus simples au plus compliquées : périodes de pêches (pour ne pas mettre en péril les espèces), nouvelles lois d'hygiène, doute sur une recette...

Puis on a clôturé le débat par une dernière petite vidéo avec le chef François Pasteau. Il nous explique se servir de sa tablette QooQ pour toujours cuisiner des produits de saison. On le voit dicter sa recette à la tablette qui automatiquement convertit les ingrédients en liste de course, calcule les calories, les quantités... Mais il nous dit que cet outil est surtout un énorme gain de temps pour lui puisque seul 5 minutes suffisent dorénavant pour l'écriture d'une recette alors qu'avant il lui en fallait presque 30 pour la taper et faire ce qu'elle propose automatiquement.

Vient alors le moment tant attendu ou on peut nous aussi la tester sur place.

Cook en QooQ ?
Un dernier selfie avec Jean-Yves Hepp, Président Fondateur de QooQ !


Effectivement, le selfie c'est pour ma collection de VIP mais c'est aussi pour laisser le temps aux autres journalistes de voir les démos sur la nouvelle tablette et qu'ils partent en me laissant ensuite libre de pouvoir en prendre une pour l'utiliser moi-même et non pas juste regarder par dessus les épaules de quelqu'un ce que l'on nous montre en prenant des notes.
Inutile de dire que j'ai navigué dans tous les onglets disponibles et que j'ai pris tout mon temps pour la découvrir (jusqu'à ce que je me rende compte, bien plus tard, qu'on n'attendait plus que moi pour fermer et aller manger!). 

Ce n'est plus une tablette réservée à la cuisine mais une tablette numérique ordinaire (internet, vidéos, mails, jeux, réseaux sociaux...) avec une application QooQ pour la cuisine. Elle est néanmoins à l'épreuve de la chaleur, des chocs et de l'humidité avec un revêtement anti-éclaboussures nettoyable à l'éponge. Elle possède une caméra avant et arrière pour photographier ses plats. Je ne vous détaille pas toutes ses caractéristiques, c'est du charabia pour moi, juste son prix 249 euros ce qui pour moi ne veut rien dire car ce n'est pas mon domaine non plus mais je suppose qu'elle correspond au prix moyen d'une tablette. Par contre je me rappelle qu'elle était plus chère avant. Un clavier en silicone, une housse et un tablier sont aussi vendus en options (d'ailleurs merci pour le tablier qui nous a été offert, là aussi j'en ai une collection mais c'est un cadeau utile et du coup je peux dire que celui-ci est vraiment de bonne qualité avec un tissus épais et un vrai système d'ajustage).
Néanmoins,j'aurai préféré que la tablette QooQ ne soit pas multitâches car quand on cuisine c'est mieux de ne faire que ça. Il faut apprendre à se déconnecter des réseaux, avoir la possibilité d'ouvrir des onglets pour répondre à ses mails ou chercher quelque chose même en rapport avec la recette doit être fait en amont sinon c'est la meilleure façon selon moi de se laisser distraire et de mal cuisiner. De même, permettre à tous les membres de la famille d'accéder à la tablette est plutôt un inconvénient car il va y avoir des conflits d'intérêts, aller expliquer à un enfant que l'adulte est prioritaire à l'heure de manger en plein milieu de son jeu "où il va mourir et ce sera de notre faute!" . Moi je n'ai plus ce problème car mes enfants sont grands et on a la chance d'être sur-équipés et d'avoir nos propres outils mais je me rappelle encore de cette période lorsqu'ils étaient petits. Par contre il est très intéressant que la tablette QooQ possède un pied intégré car celui où je pose ma tablette dans ma cuisine est vide la plupart du temps (ce qui n'est pas très joli) ma tablette n'étant pas dédiée à la cuisine exclusivement (mais principalement à la lecture). J'ai essayé de prendre une photo d'une tasse sur la table avec la tablette QooQ et le résultat était comparable à celui que j'ai lorsque j'utilise mon téléphone (comme ici pour l'article) ce qui est tout à fait satisfaisant pour un usage du quotidien.Donc il me tardait surtout d'essayer l'application QooQ et de voir ses évolutions.

Lorsque l'on clique sur l'application, on peut naviguer dans les recettes qui sont classées un peu comme mon blog par catégories selon les moments de la journée, par ingrédients ou par pays...Une rubrique est entièrement dédiée aux chefs et à leurs recettes. Il y a aussi un guide culinaire dans lequel on trouve des vidéos et diverses techniques de bases. Dans l'onglet le mag, on peut lire des articles sur les chefs notamment ou sur des thèmes culinaires. Ensuite, il y a la boutique où on peut acheter juste des recettes complémentaires à l'unité (ce qui est quand même une évolution positive par rapport aux abonnements proposés dans la première version).
Les recettes comportent une "bande d'annonce" vidéo ce qui est plutôt original, des pas à pas en photos et la promesse d'accéder à des milliers de recettes "Premium" avec plus de 150 chefs internationaux pour s'inspirer et progresser dans les recettes du quotidien ou les fêtes quel que soit notre niveau en cuisine.
En fait ce qui m'inquiète surtout lorsqu'il y a autant de recettes, notamment celles qui ne sont pas en vidéos ou en pas à pas (je ne sais pas si elles le sont toutes ou pas mais si c'est le cas c'est juste l'application idéale mais cela représente tellement de travail qu'elles ne peuvent pas l'être toutes selon moi), c'est qu'elles ne soient pas testées comme dans certains magazines ou livres ou la photo est juste une mise en scène. 

Si l'on regarde de plus près lorsque l'on choisit une recette, on a la possibilité de personnaliser son profil alimentaire en fonction de ses goûts personnels ou de ceux d'un membre de la famille pour des raisons de santé ou autres en excluant des recettes et en recevant des propositions de recettes personnalisées par rapport à nos critères. Là, cela devient effectivement très intéressant. En effet, tout le monde connaît dans son entourage quelqu'un qui ne mange pas comme tout le monde et qui limite a le droit à son repas personnalisé à chaque fois qu'on l'invite. Personnellement chez moi c'est simple, en résumé tout ce que ma fille aime manger mon fils déteste et je dois faire attention aux allergies de certains de mes invités, à ceux qui sont diabétiques... Je suis constamment en train de chercher des repas commun que tout le monde peut manger. Et au final chez moi c'est "restaurant" comme dirait ma belle-mère depuis qu'ils sont petits, mes enfants ont chacun leur repas en fonction de leurs envies et j'ai toujours une attention particulière avec mes invités qui mangent différemment. Mais cela ne me gêne pas car j'aime cuisiner et je passe effectivement beaucoup de temps dans ma cuisine. Du coup, une telle fonctionnalité me parait être un grand pas en avant dans la recherche des repas et surtout un énorme gain de temps à condition qu' elle fonctionne bien.

On peut aussi évaluer la recette et l'ajouter à son livre de recettes personnelles mais ça c'est des fonctions qui existent déjà dans certains sites culinaires. Par contre, le fait de pouvoir l'ajouter à son planning est quelque chose de plutôt innovateur en terme d'organisation et qui permet d'éviter de se disperser entre ce que l'on aimerait cuisiner et ce que l'on cuisine vraiment. En effet, avoir la possibilité de prévoir ses repas et de les associer automatiquement à une liste de courses dans laquelle on peut retirer ce que l'on possède déjà chez soi est un grand plus. Avoir la capacité de planifier ses menus de la semaine en fonction du nombre de personnes qui va manger et de savoir exactement ce que l'on a besoin d'acheter c'est non seulement encore un gain de temps dans notre quotidien mais une énorme économie sur le long terme qui en plus évite le gaspillage. En effet, tout le monde fait ses courses en profitant des promotions ou des ventes par lots, du coup même avec une liste on finit par prendre des produits qui n'y sont pas dans un soucis d'économie (ce qui peut paraître contradictoire car cela nous fait dépenser plus) mais surtout pour se rassurer car il est très rare de savoir exactement ce que l'on va cuisiner dans la semaine avec exactitude. Moi même j'ai créé mon propre "magasin" (comme dirait mon entourage) sans m'en rendre compte à force de stocker de la nourriture en mode "survivaliste" avec cette surenchère de promotions qui nous entourent partout et surtout dans le domaine alimentaire. Du coup, la tablette QooQ peut avoir ce rôle, celui de rassurer et d'éviter de trop acheter d'aliments que l'on n'appréciera pas à leur juste valeur car ils seront juste consommés sans envie dans le souci de ne pas gâcher ou à la limite de leur date de consommation. C'est donc la promesse de faire ses courses juste en fonction de ses besoins surtout s'ils fluctuent comme chez moi par exemple où mes enfants sont grands et mangent de façon plutôt aléatoire le midi à la maison d'une semaine sur l'autre.

Pour clôturer ce rapide test de la tablette QooQ , j'ai testé l'écriture automatique de la tablette QooQ car c'est ce qui m'intriguait le plus. J'ai déjà essayé ce genre de logiciel il y a quelques années et j'ai juste abandonné car ce n'était pas à la hauteur de mes attentes. Au moment de parler il y avait tout de même un léger bruit de fond dans la salle et cela n'a eu aucune incidence sur l'écriture automatique. La tablette QooQ a su faire la différence entre la personne qui parle et les sons ambiants. Ce qui m'a d'ailleurs le plus surpris c'est qu'avec l'évolution de ce genre de logiciel, il sait aussi distinguer les moments d'hésitation dans la parole sans les retranscrire par des "euh..." au milieu des phrases. Et là c'est plutôt impressionnant car c'est comme si on reconnaissait que la machine devenait intelligente et n'était pas juste un robot. 

Alors la tablette QooQ a-t-elle toujours sa place dans ma cuisine aujourd'hui (sachant qu'en plus j'ai un blog culinaire) et me fait-elle toujours autant rêver? Sa place décorative comme un beau livre connecté ne fait aucun doute. Concernant l'application QooQ, elle possède des fonctionnalités plutôt intéressantes pour la cuisine qui me faciliteraient mon quotidien à condition qu'elles fonctionnent et pour lesquels il n'y a pas d'équivalent. Moi qui passe mon temps à créer des recettes, à les modifier, à les écrire c'est sans nul doute un temps précieux et inestimable qu'elle peut libérer pour me laisser passer plus de temps dans ma cuisine ou en famille plutôt que devant mon écran. De même, elle serait un outil utile pour la gestion de mes repas notamment mes achats alimentaires en planifiant de façon plus précise mes recettes à faire et les spécificités que j'y apporte au quotidien.  Donc c'est un produit plutôt très intéressant dans son ensemble mais qui pour moi serait par contre exclusivement réservé à la cuisine, là où se situe sa vraie place, comme un outil de travail à la page qui ne risque pas de se démoder de sitôt je pense.

Print Friendly and PDF

A propos de A Prendre Sans Faim

Freelance photographe styliste et projets culinaires
«
Recette Suivante
Article plus récent
»
Recette Précédente
Article plus ancien

Aucun commentaire :

Laisser un commentaire


Top

Prêt à vous régaler ?

Fermer

Abonnez-vous à la Newsletter de

A Prendre Sans Faim

et recevez toutes nos recettes