Slider[Style1]

Style11

Style6

Style7[OneLeft]

Style8[OneRight]

Style2

Style3[OneLeft]

Style3[OneRight]

Style5

Style4

Style9[OneLeft]

Style10[OneRight]

Il y a quelques jours, j'ai été invitée à une conférence sur "La tendance du végétal dans nos assiettes de demain" organisée pour les 70 ans de Bonduelle. Malheureusement, je n'ai pas pu y assister car elle se déroulait au moment où je travaillais en cuisine pour une grande enseigne de restauration et il m'était impossible de changer mes horaires pour y assister. Néanmoins, ce sujet me tenait à cœur et me paraissait très intéressant, j'ai donc décidé d'en faire un article maintenant que j'ai repris mon travail exclusif de blogueuse culinaire en vous résumant le dossier presse de cette conférence. Il s'adresse donc à tous ceux qui comme moi sont curieux des futures tendances arrivant dans nos assiettes. Quelles sont les recherches et les expériences menées dans le respect de l'environnement? Comment consommeront nous demain? Les français aiment-ils les légumes et comment perçoivent-ils l'agriculture?

Recherches, expériences et innovations : le monde végétal du futur
Pour garantir la qualité et la traçabilité de ses produits, la marque Bonduelle privilégie les partenariats à long terme avec ses producteurs (souvent plus de 20 ans) en instaurant une relation de confiance tournée vers l'innovation. Ils bénéficient ainsi de l'évolution de leurs recherches (réduction de l'eau, des fertilisants et pesticides) pour des légumes plus sains, respectueux de l'environnement sans faire de compromis sur le goût. Néanmoins, cette société familiale ne veut pas juste inspirer confiance mais rester moderne en accompagnant les tendances.
Et, justement, le végétal est très tendance. On recherche tous les aliments naturels, authentiques voir bruts pour se rassurer sur leur impact sur notre santé. On revendique une nourriture plus équilibrée, plus saine, avec plus de vitamines. Les partisans d'une alimentation plus végétale : flexitariens (moins de viande et de poisson au quotidien), les végétariens (pas de chair animale) et les végétaliens (pas de protéine animale) sont de plus en plus nombreux.
Même les grands chefs proposent désormais des menus végétariens car de nos jours, les légumes, légumineuses et graines peuvent aussi être festifs. 
Chez Bonduelle progressivement pour satisfaire aux envies du plus grand nombre, plus de 30 légumes différents sont cultivés avec près de 500 variétés. Ainsi, dans ses gammes de produits, on trouve aussi bien des céréales (blé, boulghour, quinoa...), des légumes ou fruits secs, des herbes aromatiques ou des graines. La marque privilégie la culture en France autant que possible et évite de recourir aux conservateurs. Que ce soit pour ses salades ou crudités en barquettes, les salades vertes en sachet ou les légumes frais prêts à cuisiner ainsi que les salades repas, il n'y a qu'une seule règle : la variété certes mais un choix savoureux avant tout. 
Bonduelle s'est donc engagé à favoriser l'approvisionnement local et à garantir une production origine France toute l'année pour la grande majorité de ses produits.

Recherches, expériences et innovations : le monde végétal du futur

Ce rapprochement des produits cultivés et récoltés au plus près des consommateurs s'inscrit lui aussi dans les tendances comportementales du futur. Il ne s'agit plus seulement d'avoir un circuit court d'approvisionnement mais d'accueillir au sein même du cœur des villes, dans les bureaux, les commerces ou dans sa propre cuisine un espace dédié aux aliments que l'on consomme. Ainsi, herbes, condiments, champignons poussent déjà chez nous en boîtes avec juste un peu d'eau.

Pour construire un avenir durable basé sur la confiance avec ses agriculteurs et les consommateurs, la marque Bonduelle a aussi fait de l'innovation sa priorité. Non seulement elle apporte la sécurité et la pérennité à ses exploitations mais aussi avec sa charte agronomique, elle préserve l'environnement, la santé et la sécurité au travail.
Sa ferme expérimentale privilégie la rotation des cultures, l'intégration d'engrais verts et des méthodes naturelles à base d'oligo-éléments qui renforcent les plantes pour mieux lutter contre les maladies et les insectes. Il s'agit de produire moins pour produire mieux, sans désinfectant ni désherbant chimique, avec juste un paillage et surtout, sans chauffage, naturellement en pleine terre, à la dure pour un légume plus goûteux. L'enjeu de cette ferme est aussi de réduire la consommation d'eau, de recycler les déchets et de transmettre à leurs producteurs ces pratiques. Ainsi, ils ont créé des plastiques de protection des sols à base de fécule de pomme de terre qui se réintégrent dans le sol après récolte.
Il s'agit aussi de re-dynamiser la biodiversité au sein des cultures de façon naturelle. Installer des nichoirs à oiseaux pour qu'ils mangent les insectes qui peuvent endommager les cultures ou réimplanter des faucons pour baisser la population des lapins qui envahissent les champs.
De nouveaux modes de production sont aussi expérimentés. La monoculture appauvrit les sols alors qu'il faut les préserver en favorisant la biodiversité et les cycles naturels en mélangeant les cultures pour optimiser les ressources. Du coup, la permaculture et l'agroforesterie se développent de plus en plus.

Recherches, expériences et innovations : le monde végétal du futur

L'innovation est aussi présente dans les méthodes de travail du monde agricole bien moins traditionnel qu'on ne le pense. En effet, cette modernisation conduit à une émergence technologique nécessitant de lourds investissements dans des ordinateurs de gestion climatique (permettant de cibler avec précision les périmètres nécessitant un soin particulier) et dans des drones pour surveiller les cultures et les cartographier.
Actuellement, la start-up toulousaine "Naio technologie" met au point un robot électrique "Oz" capable de désherber les champs réduisant considérablement le travail des agriculteurs...

Toutes ces expériences n'ont qu'un seul but, celui de préserver la terre pour avoir de bons légumes demain. On limite les herbicides dés la mise en culture de façon moderne en s'inspirant des méthodes de nos ancêtres : en utilisant des bineuses mécaniques  assistées par caméra au lieu de désherbants. On met des pièges à insectes (en couvrant les cultures avec un filet) ou on utilise des phéromones (perturbant la reproduction des chenilles) ce qui évite l'emploi d'insecticides. De plus, les champs possèdent tous désormais des capteurs mesurant le déficit hybride.
Pour économiser l'eau, outre le paillage ou le goutte à goutte, on utilise des sondes capacitives reliées par radio qui mesurent les besoins et les restituent en irriguant au plus juste selon le sol. En 10 ans, la consommation d'eau a été divisée par deux.
Néanmoins, d'autres expériences sont en cours pour préserver cette précieuse ressource. Il s'agit des cultures en serres alimentées par des panneaux solaires installées sur les toits au cœur même des villes. Cette méthode de régénération de l'eau est très concluante et s'inscrit avec certitude dans les perspectives du monde végétal de demain. En effet, elle va jusqu'à utiliser 10 fois moins d'eau que l'agriculture traditionnelle.

Recherches, expériences et innovations : le monde végétal du futur

Pour clôturer cet article sur les recherches, expériences et innovations dans le monde végétal du futur, on peut dire que cette tendance végétale ne sera pas uniquement présente que dans nos assiettes de demain.
En effet, il y a d'autres domaines où le végétal deviendra tendance et où il sera même un élément essentiel pour améliorer notre futur. Ainsi, on s'est aperçu que la réduction des déchets était possible en remplaçant les emballages polluants par des emballages à base de végétal (algues qui n’altèrent ni le goût ni l'odeur des aliments stockés). De la même façon, des chercheurs ont prouvé que les fruits et légumes sont les meilleurs baromètres pour nous informer sur la qualité de l'air et du sol où ils poussent. En changeant les composés du sol, ils ont réussit à rendre des épinards fluorescents, de quoi nous laisser songeurs non?

PUB

Print Friendly and PDF

A propos de A Prendre Sans Faim

Le blog A Prendre Sans Faim est un condensé des passions d'un couple : pour l'un la cuisine et la photographie, pour l'autre l'informatique et la vidéo.
«
Recette Suivante
Article plus récent
»
Recette Précédente
Article plus ancien

Aucun commentaire :

Laisser un commentaire


Top

Prêt à vous régaler ?

Fermer

Abonnez-vous à la Newsletter de

A Prendre Sans Faim

et recevez toutes nos recettes